• Bonjour bonjour !
    Un poème sur un thème qui me tient à cœur car très présent…

    GAME OVER

    Il n’est plus qu’un fantôme aux yeux rougis
    Il n’est plus qu’un reflet de nuits d’insomnie
    Il est toujours quelque part ailleurs
    Sa vie est marquée par un Game over

    Un jour il s’approche d’une étrange contrée
    Se prend aux merveilles de ce monde inconnu
    Mais peut-il vraiment savoir qu’il deviendra déchu
    Par cet écran qui l’a émerveillé ?

    Le lendemain il hausse les épaules
    Se dit qu’en retournant là-bas
    Il ne fait pas plus de mal que ça
    Que ce n’est qu’un moyen de trouver un autre rôle

    Le troisième jour il retourne à nouveau
    Fuit le temps, le meuble, l’occupe à sa guise
    Fuit la réalité, les soucis, trouve une autre mise
    Dans un jeu qui lui paraît terriblement beau

    Le quatrième il ne peut plus tenir
    Derrière son écran il va trouver
    Réconfort et joie qu’il trouve mérités
    Et s’enfuit avec lui tout ces souvenirs

    Le cinquième il se rue sur sa console
    Il ne peut s’arrêter même si il le veut
    Il a l’impression d’exaucer tout ses vœux
    Par l’intermédiaire de jeux, véritables camisoles

    La nuit son esprit est tourmenté
    Il ne pense qu’à sa seule façon
    D’échapper au réel, sa seule addiction
    Il veut encore et encore jouer

    Alors il se lève et retourne dans ce monde
    Cette prison attirante auquel il ne peut plus
    Échapper, sortir, vivre sans abus
    Il ne sait pas qu’il entre dans un cercle immonde

    Chaque jour chaque nuit malgré sa lutte
    Il se plante derrière l’écran maudit
    Dans un cercle vicieux et infini
    De plus en plus profondément il chute

    Alors il dit adieu à toute sa vie
    Au passé au présent et à l’avenir
    Il n’existe plus que pour rétrécir
    Rétrécir dans des jeux qui le ramollit

    Il ne peut plus arracher ses yeux
    D’autre part que sur un écran
    Alors, âme errante vagabond errant
    Sans but sans vie sans vœu

    Il n’est plus qu’un fantôme aux yeux rougis
    Il n’est plus qu’un reflet de nuits d’insomnie
    Il est toujours quelque part ailleurs
    Sa vie est marquée par un Game over


    10 commentaires
  • Bonjour bonjour !
    Aujourd'hui, une chronique sur une musique que je viens d'écouter ; je suis encore sous le choc donc cette chronique risque d'être un peu décousue.

    REQUIEM FOR A DREAM - LUX AETERNA


    Analyse :
    - Au départ, on entend un battement qui évoque celui d'un cœur qui bat.
    - Un frisson de violon introduit, crescendo. Il est rejoint progressivement par un piano, puis des violoncelles. Toujours avec un battement derrière.
    - Puis les violons jouent le deuxième thème, une sorte de contrechant.
    - Une pause avec le piano, qui ralentit la cadence en jouant seul, avec au fond les violons.
    - Les battements s'accentuent, puis un roulement et des voix.
    - La musique s'atténue à nouveau, pour laisser place aux violons, qui, comme le piano tout à l'heure, ralentit la cadence.
    - Le violon résonne soudain, puis à nouveau les voix.
    - Elles laissent place à l'orchestre qui joue le thème très rapidement.
    - Nouvelle pause avec le Piano, les violons.
    - Puis les voix reviennent, fortes, accompagnées des violons.
    - L'orchestre joue encore une fois le thème très rapidement.
    - Puis, le piano termine doucement le morceau.
    Pour résumer, on a trois grandes parties : le contrechant par les violons, le thème par les voix et l'orchestre et l'accalmie jouée par le piano et les violons.
    Les trois grandes parties semblent vouloir se superposer sans cesse, ce qui donne cet effet.

    Signification :
    En latin, lux aeterna signifie Éternelle lumière.
    Cette musique est la bande-son du film "Requiem of a dream". Un film très fort, très violent et très dur avec pour thème la drogue au sein d'un couple.
    Je n'ai pas vu le film mais je sais que cette musique est utilisée dans un passage dramatique, ce qui s'entend très bien.
    Ce qui explique le caractère puissant de la musique.

    Mon avis :
    Je suis encore sous le choc, alors mon avis risque de ne pas être très opérationnel ! Tant pis.
    Cette musique, elle est d'une force incroyable. Elle porte, elle est dure et dramatique, elle est magique. Quand je l'ai écouté, j'ai été vraiment prise dans une bulle.
    Je m'exprime très mal, désolée.

    Le compositeur :
    Clinton Darryl « Clint » Mansell, né le 7 janvier 1963, est un compositeur de musiques de films britannique et ancien chanteur et guitariste du groupe Pop Will Eat Itself.

    Description de l'image ClintMansellAndSonusQuartet2009 fragment.jpg.


    Le + :
    Comme bonus, je vous propose la version piano de cette musique.

    Et la version violon !


    3 commentaires
  • Un petit texte que j'ai imaginé lorsque je n'arrivais pas à dormir.
    "Elle", ce n'est pas moi. C'est quelqu'un que j'ai inventé. Voilà.
    Bonne lecture ;-)

    La nuit est noire.
    Elle est allongée sur son lit, les yeux sur le plafond, la tête dans la galaxie.
    Elle est invisible au sommeil. Le marchand de sable ne parvient pas à la vaincre. Le trésor de Morphée glisse sur ses paupières comme une goutte de rosée sur une feuille. Et il n'existe plus. N'a jamais existé.
    Les oreilles grandes ouvertes, elle voit les rayons de lune zigzaguer dans sa chambre, labyrinthe obscur aux jeux d'ombre et de lumière.
     Les yeux grands ouverts, elle entend le bruit des conversations, le soupir paisible de la nuit. Le claquement d'une porte, quelque part dans la rue. Le bourdonnement sourd d'une moto, loin, très loin. La pulsation régulière d'une musique mise à fond, indiquant que les voisins font la fête.
    La fête. Elle a soudain envie de se lever, d'enfiler ses vêtements posés au pied de son lit, de quitter doucement la maison. D'aller se déhancher toute la nuit, danser jusqu'à ce que son corps crie grâce, que la sueur la noit, que ses yeux se ferment, que ses muscles crient pitié...
    Elle soupire. Se retourne. Se colle contre le mur qui n'est pas froid, qui n'arrive pas à atténuer son irrépressible envie de bouger. Son regard parcourt les angles brumeux des murs, ignore le réveil qui, posé sur la commode, affiche une heure qu'elle n'a pas envie de savoir...
    Se braque immédiatement sur la porte qui vient de s'ouvrir, pour laisser entrer sa mère.
    Celle qui vient d'arriver s’assied sur le lit de celle qui est censée dormir, s'étonne que ce ne soit pas encore le cas. Sa fille lui répond que ce sont ses pensées qui l'empêche de dormir. Qu'elles fourmillent, fourmillent par milliers.
    Sa mère entreprend alors de lui expliquer qu'elle doit "faire le vide", "ne plus penser". Et elle repart, comme un rêve. Comme une ombre.
    Une fois seule, elle essaie de faire le vide. De ne plus penser.
    Elle se heurte à un mur. Un mur d'envies, de faiblesse et de force, un mur de rire et de larmes, de souvenirs et d'oubli.
    Bâillement.
    Bâillement ?
    Est-ce bien elle qui vient de bailler ?
    Nouveau bâillement, qui semble lui assurer que c'est bien elle.
    Elle se retourne une dernière fois. S'étonne de sentir la fatigue remonter en une chape qui achève de la déstabiliser. Une chape immense.
    Elle l'englobe, ne fait plus qu'une avec elle.
    Elle ravage le mur. Il n'existe plus. Il n'a jamais existé.
    Puis... plus rien.
    Elle s'est endormie. Enfin.


    10 commentaires
  • Bonjour les dessinateurs !
    Ce sont les premiers dessins que je poste ici, et que je partage sur Internet...
    N'hésitez pas à laisser un com', ça fait plaisir !

     

    #1

    Là c'est Eowyn, dans le Seigneur des Anneaux.

     

     

     

     

    -------------------------------------------

    #1Sa tête me rappelle quelqu'un mais je sais plus qui...

     

     

     

     

     

    ---------------------------------------------------

     #1

     

     

     

     

     

    Et là une fée :-)


    64 commentaires
  • Bonjour !
    Voici quelques poèmes marchombres, chants fleurissants de mon univers personnel.
    N'hésitez pas à commenter !
    (Et je remercie Pierre Bottero. Sans lui je n'aurais pas pu écrire les poèmes que voici. Merci Pierre. Repose en paix)

    Résultat de recherche d'images pour "brin d'herbe"
     Caresse de vent
    Soupir de printemps
    Brin d'herbe

    ---------------------------------------------------
    Résultat de recherche d'images pour "constellation"
    Sempiternel cristal
    Myriade d'étoiles
    Constellation

    ----------------------------------------------

    Désir brûlant
    Chant étincelant
    Feu

    ----------------------------

    Perle éphémère
    Révélation sincère
    Larme

    --------------------------------

    Résultat de recherche d'images pour "adieu"
    Puits d'oubli
    Trou infini
    Adieu


    23 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires