• Aujourd'hui, Harmonie a un an.
    Harmonie. Ce n'est même plus un pseudo. C'est tant et tant de jours passés derrière un écran, aux portes d'un monde qui s'est successivement appelé Je Bouquine, Plume Académie et Phénix Errants.
    A mon arrivée, je m'imaginais déjà en train d'écrire ce pavé de remerciements. Je ne me doutais pas quel état d'esprit aurais-je quand je l'écrirai vraiment.
    Il s'est passé tant de choses depuis, je n'ai pas de mots pour tout dire car dans de pareilles circonstances, même les mots sont insuffisants.
    Je n'ai pas envie de lister les gens car je sais que j'en oublierai. Et les gens que j'ai envie de lister ne méritent pas de figurer dans une liste.
    Alors, je vous dit juste merci. Merci pour tout ce que vous m'avez apporté.
    A présent, je me sens tellement neuve et tellement mieux entourée.
    Les discussions poétiques sur le TE, mon premier poème, Alcatraz, la révolte des pseudos, la rencontre en juin de deux Jbnautes, l'Auberge, les rêvalités, le Collège de la Lune Verte, les nouveaux, les anciens...
    Tout ce qui fait de cette année une année unique, magique.
    Merci du fond du cœur.
    Jbnaute un jour, Jbnaute toujours. Je peux encore le dire car c'est la seule chose qui exprime ce que je ressens.

    EDIT : merci aussi pour les 7068 visiteurs, c'est juste énorme ♥ !! Je vous prépare quelque chose pour vous remercier


    3 commentaires
  • Il nous restera ça.
    Une larme qui roule. Un tout petit soupir dans un coin.
    – Dis, Maman, pourquoi on grandit ?
    Le temps n’arrête pas les surnoms affectueux. Ce petit « maman », prononcé dans le vide, en est la preuve.
    Il tombe dans l’oubli, résonne dans le noir. Maman. Depuis quand ne l’a-t-on pas dit ? Depuis quand ces cinq lettres créent un fossé dans son cœur ?
    Depuis quand l’a-t-on enterré ? On a oublié.
    Il nous restera ça, enfoui au fond de nous. Une mère qu’on adorait quand on avait cinq ans, qu’on détestait quand on en avait quinze. Une mère dont on donnerait tout l’or du monde pour lui parler, maintenant qu’on a passé un stade. Celui du deuil.
    – Pourquoi le temps passe-t-il aussi vite ?
    Ces questions restent sans réponse. Même le temps ne peut pas y répondre. Peut-être que lui-même ne veut pas passer aussi vite.
    Et si ça lui manquait, à lui aussi, cette époque où on pleurait pour un rien, un crayon cassé, un jouet coincé sous un meuble ? Maintenant on sourit alors que tout va mal. On sourit pour oublier. Oublier quoi ? S’oublier soi ? Ses défauts, ses trahisons, ou sa vie entière ?
    Il nous restera ça, des questions jetées dans tout les sens.
    – J’entends un rire.
    C’est l’écho des âges qui remonte à la surface. La tempête de souvenirs qui projette à terre. Blesse.
    Est-ce un rire de bébé, grêle, naïf ? Un rire en tornade d’un adolescent ? Un rire nerveux d’un adulte ? Un rire chevrotant d’une personne âgée ?
    C’est tout cela à la fois. Le matin, le midi et le soir. Enfin réunis.
    Il nous restera ça, un concerto de rires en guise de cadeau. De compagnie.
    – Vous me manquez.
    Manque. Est-ce le mot ? Non, bien sûr. Ce n’est pas une question de manque mais un trou béant, noir, qui avale tout pour ne laisser qu’une profonde tristesse. Nostalgie, nostalgie.
    Ce n’est pas seulement des visages qu’on a envie de revoir, mais des instants qu’on voudrait revivre. A présent réduits en cendres, qu’on appelle souvenirs.
    Des éclats de sa propre vie qui reviennent au mauvais moment. La mémoire qui a si longtemps flanché à des passages décisifs comme les examens, pour se pointer brusquement, sans frapper.
    Il nous restera ça. Tout ce que la vie nous a laissé.
    Une larme qui roule.
    Un dernier souffle.
    Et puis silence à tout jamais.


    4 commentaires
  • Hey !
    Ah, Disney et ses princesses... elles nous faisaient (et peut-être même nous font encore) rêver...
    Nombreux artistes ont proposé leur version revisitée des contes qui ont bercé notre enfance... préparez-vous, voici trois versions de princesses !

    1 - La version d'Emmanuel Viola
    Je n'ai pu trouver que très peu de renseignements sur Emmanuel Viola. C'est un illustrateur italien dont le pseudonyme (et le nom du blog) est Evviart.
    On retrouve des princesses modernes aux looks décalés : gothique, pin-up...


    Je n'ai sélectionné que quelques dessins, d'autres sont également très réussis comme Ariel ou la Belle au Bois Dormant... Je vous laisse découvrir ici :

    2 - La version manga
    Quelques mangakas ont mis la main à la pâte pour métamorphoser nos héroïnes d'enfance en héroïnes japonaises !
    Je suis particulièrement fan de Pocahontas et de Maléfique, et vous ? 


    La suite par ici : http://hitek.fr/42/24-personnages-disney-manga_2885

    3 - La version de Dina Goldstein
    Pleine d'ironie, cette série de photos est une vive critique sur la société d'aujourd'hui. C'est sûrement ma version préférée même si elle présente les princesses Disney comme des princesses déchues. En tout cas je trouve ces photos très intéressantes, et vous ?


    Vite, par là : http://www.dinagoldstein.com/fallen-princesses/

    Et voilà ! J'espère que cet article vous aura plu ! En tout cas j'ai beaucoup aimé faire des recherches dessus...
    Quelle est votre version préférée ? Qu'en pensez-vous ? Ca se passe en commentaires ^^
    A très vite, peace !


    votre commentaire
  • Auteur : Karen Cushman
    Titre : Le livre de Catherine
    Édition : école des loisirs
    Mon avis : Lecture distrayante et instructive !
    Le Livre de Catherine par Cushman
    Résumé :
    1290. Le seigneur Rollo, assoiffé d'argent, n'a qu'une idée en tête : marier sa fille de treize ans ! Les prétendants défilent mais tous fuient devant la jeune Catherine, dont la vie est ponctuée de broderie, cérémonies et autres corvées.
    Éprise de liberté, elle voue une admiration sans limite pour son oncle Georges qui était un ancien croisé, rêve de vivre un voyage peuplé d'aventures et se nourrit d'histoires qui rapportent les voyageurs juifs. En attendant de devenir libre, elle occupe sa vie de fugues et de ruses. Car oui, elle compte bien ne pas se marier, devenir moniale ou mieux encore croisée !
    Hélas, pour l'instant, elle peut juste consigner toutes ses journées entre les pages de son journal intime...

    Jour après jour, nous suivons donc la vie de Catherine, la narratrice.
    Pleine de vie, de rêves et d'espoir, elle nous fait part de sa vie au château. Ce livre apprend plein de choses sur le Moyen-Age : fêtes, traditions en tout genre, croyances, cuisine, religion, roi, société, pendaisons...

    Le style est très accessible, plein d'humour. L'auteur a bien su imiter l'écriture d'une fille de treize ans et on voit la progression et l'évolution de son état d'esprit (au départ peu enthousiaste à écrire, puis à la fin confiant tout ce qu'elle a sur le cœur).
    J'ai tourné rapidement les pages et le temps est passé très vite en le lisant !

    C'est donc une très bonne lecture puisqu'elle matche distraction et instruction. Je ne suis pas particulièrement passionnée par cette époque mais ça ne m'a pas empêché d'apprécier !
    Avis aux fans de l'époque médiévale : ce livre est fait pour vous !

    Dernier point, qui m'a beaucoup plu (et qui montre que l'auteur s'est bien investie dans les recherches) : chaque jour, un petit résumé en italique du saint célébré ce jour sert d'introduction. J'ai trouvé ça très intéressant et je n'ai pas pu m'empêcher d'éplucher le livre pour lire tout les petits résumés ^^ !

    A découvrir (absolument si vous aimez les romans médiévaux) !


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires