• Voici 770 mots narrant Alice au Pays des Merveilles du point de vu du Lapin Blanc ^^

    Le temps qui passe qui fuit entre mes doigts, mouvance sablonneuse, sablier invisible, invincible et
    Pire ennemi d'un lapin blanc.
    Je suis ce lapin blanc, courir, c'est mon seul mot mon seul refrain.
    Et je me souviens encore de cette fois où je l'ai rencontré.
    Elle s'appelait Alice et était blonde. A part ça, rien de fantastique, enfin, si. Elle s'ennuyait rapidement et ce jour-là n'avait pas fait exception.
    Assise à l'ombre d'un hêtre, elle écoutait maussadement la lecture que lui faisais sa grande sœur Elizabeth - mais quand comprendrait-elle enfin que ce qu'elle lui contait ne dépassait pas l'intérêt de sa dernière paire de collants ?
    Encore une de ces histoires ennuyeuses qu'on entend mille fois dans sa vie, l'histoire d'une pauvre jeune fille qui, par un coup de baguette magique, se transforme en magnifique princesse.
    Encore une de ces histoires débiles, imbéciles. Qu'on a envie de réécrire pour lui donner une fin monstrueuse, quoi, nous, sadiques ? Non, simplement réaliste.
    C'était ce qui trottait dans sa tête quand soudain
    Elle sursauta. Était-ce le pompon frétillant d'un lapin ?
    Bien qu'il y en avait des centaines dans le parc, elle se leva et me dévisagea. J'étais en retard ce jour-là et bien décidé à ne pas connaître le même sort que le crapaud - en même temps, quelle folie de manger le gâteau de cette sorcière.
    Diantre, et si elle m'entendait la traiter de la sorte ? Je déglutis difficilement et poursuivit mon chemin de petits bonds désorientés, affolés, ma veste en velours bleu tombant de mes petites épaules.
    Une veste en velours bleu. Ce devait être la première fois qu'Alice en voyait, au vu de la tête qu'elle faisait.
    Bouche bée.
    Pas le temps de se préoccuper d'elle. Le temps presse, presse !
    Bondissement de part et d'autre, petits glapissements. Je vais être en retard, je vais être en retard.
    Je vais être en retard !
    Même litanie murmurée, essoufflée, criée, qui fait l'impact d'un coup de poing.
    Et même regard ébahi qui me suit, non, me poursuit !
    Alice courait après moi, sans se soucier de la conteuse qui s'était elle-même endormie au passage où le prince rendait la chaussure que sa bien-aimée avait perdu - car, même si elle se taisait, Elizabeth trouvait ce conte vulgairement barbant et l'avait tellement lu qu'elle pouvait le réciter les yeux fermés les mains dans le dos en faisant le poirier.
    Enfin, peut-être pas.
    Mais bref.
    Un petit bond dans ce que l'on appelle le Passage, ce trou de lapin qui conduit aux portes de mon monde.
    Le Pays des merveilles.
    Vite, vite, le temps me hâte, me hait ou m'adore, s'accroche désespérément à moi et glisse
    Glisse sur mes poils clairs et propres.
    Je lui tend la main mais je le sens partir, aspiré, volonté ou volontaire, cause ou conséquence ?
    J'interrogerais le Chapelier, je pense qu'il aura plus de temps pour méditer là-dessus.
    Vite, vite, à travers plaines et monts, forêts et rivières.
    J'ai semé Alice et une pensée écœurante me traverse.
    Elle a du se perdre et n'a aucune chance de rester en un seul morceau.
    Je croise les pattes pour elle et m'arrête, à bout de souffle.
    Je sors une montre à gousset de ma poche et la consulte. J'ai encore un peu de temps devant moi, autant passer leur rendre visite.
    Le Chapelier est déjà là. Il m'attend. Il sait tout sur tout et, sans lui avoir dit, je l'admire.
    — Hé bien, Lapin, quelles sont les nouvelles ?
    — Alice est arrivée.
    Le Chapelier sourit. Cela fait longtemps qu'il l'attend, elle.
    Il sait tout sur tout, et il sait même quand elle va venir.
    Cela ne l'empêche pas d'afficher un large sourire.
    — C'est bien.
    Il ne dit plus rien - il n'y a plus rien à dire. Et ça aussi, il le sait.
    Nous attendons. Je me suis dépêché pour attendre et je ne lui cache pas que je regrettes un peu.
    - Il faut qu'elle arrive bientôt, j'ai une commission importante pour.... Tu sais qui.
    Il approuve d'un hochement de tête et soudain se relève.
    Une petite fille blonde vient d'apparaître au détour d'un chemin.
    — Ah, Alice ! s'exclame le Chapelier. Viens, assieds-toi, n'ai crainte.
    Alice s'assoit, mi-méfiante, mi-amusée - oui, cela se peut.
    — Tiens, prends un peu de thé.
    Elle boit dans la tasse qu'on lui sert. Bon signe.
    — Ça manque de sucre.
    C'est tout ce qu'elle dit. Elle touille avec une petite cuillère le fond de son thé.
    Elle regarde ses petites chaussures noires et paraît intimidée.
    La Alice tant attendue n'était pas censée être comme ça.


    8 commentaires
  • Un chant s’élève depuis une île
    C’est celle d’un cœur brisé
    Gravé au stylet indélébile
    Des paroles et des larmes mêlées

     

    Un instant de trêve les yeux accrochés
    Dans les étoiles où tu reposes sûrement
    Les vagues balayant mes petits pieds
    Les engloutissant si doucement

     

    Je t’écris depuis mon havre de paix
    Mais l’ai-je vraiment trouvé ?
    Je fuis la journée, et puis la nuit
    Je cours et reviens ici

     

    Le sel des embruns balaie mon visage
    Déjà mouillé de toutes mes larmes
    Je crois apercevoir des débris de mirage
    Dans le lointain, telles des flammes

     

    Et je chante pour oublier quelques instants
    Mon passé violenté par la tristesse
    Le visage déformé par les évènements
    Ancienne capricieuse, ancienne princesse

     

    Et je chante pour mieux te retrouver
    Même si tourner la page est impossible
    Alors à l’encre je noircis l’éternité
    Même si l’oubli est l’homme invisible

     

    Je t’écris avec une douleur inachevée
    Celle des cauchemars qu’on chasse en vain
    Et ma fatigue augmentant avec l’obscurité
    Je m’effondre face à la cruauté du destin

     

    Je t’écris une lettre toute déchirée
    Par le vent et la mer déchaînée
    Je t’écris et elle se perd dans les remous
    C’est mon testament avant tout

     

    Me pardonneras-tu un jour de là où tu es
    Malgré tout les pêchés que j’ai commis
    Je l’espère et le mot n’est que tout petit
    Face à tous mes plus sincères regrets

     

    Un chant s’élève depuis une île
    C’est celle d’un cœur brisé
    Gravé au stylet indélébile
    Des paroles et des larmes mêlées


    14 commentaires
  • Afficher l'image d'origine
    Ce poème raconte l’histoire d’un ange, ou plutôt d’une statue d’ange qui contemple sa ville (il est un peu inspiré du conte du Prince heureux et de l’hirondelle, mon conte préféré).
    Je l’ai écrit sur le rythme d’Homeless de Marina Kaye, comme ça, vous pouvez chanter ce poème avec l’air de cette chanson.

    L’ANGE

    Le soir tombe, il est le dernier
    A voir à travers les barbelés
    La ville qui s’éteint telle une flamme
    Soufflée, vagabonde sans âme

    Il est enfermé dans un cimetière
    Fait de béton et de cheminées
    Usine déserte, ses ailes en pierre
    C’est sa prison dans l’obscurité

    En même temps qu’il médite une larme roule
    L’ange pleure, ses émotions coulent
    Sur ses joues de marbre, la statue s’effondre
    Devant un monde fait de décombres

    Il voit de ses yeux sculptés
    La misère de son royaume
    Et il voudrait pouvoir voler
    S’échapper du monde des hommes

    Les lampadaires s’allument sans bruit
    Pour éteindre les étoiles du ciel
    Aucune étoile filante ne fuit
    Ce n’est plus le temps des merveilles

    Sur une chaise cassée repose
    Les souvenirs d’une vie plus rose
    Et tandis que résonnent les cris
    L’ange regarde ce sans-abri

    En même temps qu’il pense son socle s’effrite
    L’ange tremble, le regard vide
    Ses mains jointes en une prière suppliante
    Seule la tristesse est sa cliente

    Alors le miracle se produit
    Un rayon de soleil perce dans la nuit
    Il a pris son envol pour soigner les maux
    De son cœur brisé par la ville sans mots


    10 commentaires
  • Bonjour !
    Comme vous l'avez constaté, La Quête du bonheur est maintenant une rubrique... J'essaierai de l'alimenter d'une petite série d'articles parlant bien-être, joie ; je ne promets aucune régularité par contre ;-) Je pense qu'il y aura un article de ce genre tout les six mois, en toute honnêteté.
    Aujourd'hui il ne pleut pas, du moins pas cet après-midi, mais je tenais à vous faire partager ma petite playlist qui redonne le sourire ! Je ne l'ai pas mis dans la rubrique "Musique", même si j'aurais dû.
    Bonne écoute !

    #2 - Playlist contre les jours de pluie

    La musique qui passe en boucle que ce soit chez moi, à la radio (peut-être un peu moins maintenant)... J'ai nommé Come, de Jain ! Elle est très connue et ce serait un miracle que vous ne l'ayez pas entendu... mais... rien que pour le clip *-*, je me permets de l'inclure !
    Plein de dynamisme et, attention, la musique rentre dans la tête !

    #2 - Playlist contre les jours de pluie




    Toujours sur le courant musique énergique, Izzy Bizu et sa chanson White Tiger... Assez semblable à Come, peut-être moins connue mais très agréable à écouter !


    #2 - Playlist contre les jours de pluie


    Vous la connaissez tous pour ses musiques de coeur brisé : Adele ! Et bien, figurez-vous qu'elle fait aussi des musiques joyeuses, comme Send my love (en tout cas, elle me rend heureuse, cette chanson).


    #2 - Playlist contre les jours de pluie


    Et puis, comment ne pas oublier Lindsey Stirling, pétillante et joyeuse !
    Voici Minimal Beats, superbe clip et superbe chanson : que demander de plus ?


    #2 - Playlist contre les jours de pluie


    Voilà voilà !
    Je ne pense pas vous avoir fait découvrir beaucoup de choses puisque toutes ces chansons sont relativement connues ; mais bon, je tenais à vous les faire partager !
    Quelle est votre préférée ?


    9 commentaires
  • Afficher l'image d'origine
    Bonjooour :D
    Je vais arrêter de promettre des articles dans mes intros, OUI, mais je tenais à vous dire que je prévois une petite série d'articles bien plus intéressants que ces tags pour les jours à venir ! Comme je ne pars pas en vacances, j'aurais le temps de les écrire...
    Pour revenir au tag... Même si je n'étais pas taguée à la base, je vais quand même le faire ! Trouvé sur Créaplumes, le blog génialissime de la Pianiste Sans Visage (bon, je pense que vous le connaissez, à force de le citer dans quasiment tout mes tags XD Sinon vous réparez cette erreur immédiatement !).

    100% livres

    1. Le dernier livre que tu aies lu
    Sweet Sixteen d'Annelise Heurtier. Un beau roman qui aborde la violence que subissaient les Noirs dans les années 60, aux Etats-Unis. Bientôt une chronique dessus !

    2. Le livre que tu as le plus envie de lire en ce moment
    Jenna Fox pour toujours, de Mary E. Pearson. D'abord parce que tout le monde l'a lu sauf moi, ensuite parce que j'ai fait un rêve très similaire au scénario de ce roman sans l'avoir lu, ce qui est très fort.

    3. Un livre qui fait pleurer
    Il y en a des centaines...
    Mais celui qui m'a véritablement fait pleurer, c'est La vie par 7 d'Holly Goldberg Sloan. Je ne cesse d'en parler autour de moi, mais ce livre est un choc. Mon livre préféré, que je ne chroniquerai jamais parce que... Je n'arrive même pas à mettre en mots ce qu'il m'a fait ressentir.

    4. Un livre qui fait rire
    Mathieu Hidalf ! Je ne cite pas un tome en particulier parce que toute la série est tordante et à découvrir !

    5. Un livre à suspens (thriller)

    Prenez moi pour une imbécile, mais je ne me souviens pas d'avoir lu un thriller... Oui oui, honte à moi...

    6. Une biographie
    Pareil, il ne me semble pas en avoir lu une... (j'ai honte, là, tout d'un coup... ^^')

    7. Un livre romantique
    Je pense à Nos étoiles contraires de John Green... Pas trop apprécié d'ailleurs..

    8. Un beau livre
    Niveau histoire, je crois que je choisis Le retour de Cherokee Brown, de Siobhan Curham. Un roman à lire à tout prix si vous voulez des surprises, de l'espoir, une quête de soi et de la musique !

    9. Un livre qui fait peur
    Encore une fois Sweet Sixteen d'Annelise Heurtier (voir question 1). Parce qu'il ne prend pas les pincettes quitte à choquer, parce qu'on sait que tant d'horreurs ont existé aussi. Il fait peur car il est inspiré de faits réels (Ku Klux Clan, pendaisons sur des lampadaires... Bref, je ne vais pas vous spoiler plus que ça ^^)

    10. Un livre qui ne vaut pas la peine
    Je ne sais pas. Tout les livres valent la peine d'exister, rien que parce qu'un livre, c'est un monde.

    11. Un livre pour un jour férié
    Le caméléon et les fourmis blanches, d'Emmanuel Bourdier que j'avais déjà chroniqué. Il se lit très rapidement, idéal pour remplacer l'ennui !

    12. Une bande dessinée
    Thorgal. Comment pourrait-il en être autrement ?
    Mes tomes préférés sont Au delà des ombres et Le maître des montagnes.

    13. Un livre que tout le monde doit avoir lu
    Là, réponse assez similaire que celle de La Pianiste parce qu'il FAUT l'avoir lu (impossible de vivre autrement) : Ewilan de Pierre Bottero.

    14. Le livre qu'on a lu le plus de fois
    La vie par 7 qui s'immice une deuxième fois dans le tag ^^

    15. Un livre documentaire
    Je ne crois pas en avoir lu... (pff, lamentable)


    100% livres


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires