• Le caméléon et les fourmis blanches

    Le caméléon et les fourmis blanchesAuteur : Emmanuel Bourdier
    Titre : Le caméléon et les fourmis blanches
    Edition : Rageot
    Mon avis : Coup de cœur
    Résumé : C'est l'histoire d'un enseignant qui vit un chagrin d'amour parfumé à la mélancolie de la rentrée.
    C'est l'histoire d'un petit garçon réfugié, sans papier, qui craint d'un moment à l'autre d'être repéré et mis dehors par les policiers.
    C'est l'histoire de Casimir le rêveur et Issa le turbulent.
    Une histoire d'amitié où les différences seront affranchies, une histoire d'entre-aide quitte à défier les lois.
    Une belle histoire de partage et de solitude, de manque et de choc.

    Déjà, pas besoin d'être un gros lecteur pour apprécier ce livre : 140 pages, en deux/trois heures pour ceux qui lisent lentement (comme moi (oui je lis lentement)), et c'est expédié.
    L'histoire est simple mais aborde un thème qui me tient vraiment très très à cœur : l'accueil des migrants. Peut-on les jeter dehors, les mettre à la porte, peut-on les dénoncer, peut-on ne pas être tenté de les protéger ?
    La punition encourue, pour une aide volontaire ou involontaire dans l'installation, la survie ou l'accueil des migrants, est de 30 000 euros d'amendes et 5 ans de prison. Ça fait réfléchir, hein ?

    Le véritable charme de ce livre tient au fait que c'est un récit à deux voix : les chapitres s'alternent, un coup c'est Casimir, un autre coup c'est Issa.
    Leur différence de style d'écriture est flagrant et c'est là que j'ai eu un coup de cœur : d'un côté la poésie d'un amoureux délaissé, bourré de métaphores et de sentiments ; de l'autre l'écriture rapide, maladroite et directe d'un petit garçon.
    Ils ont chacun de leurs côtés leur faille : une personne qui leur manque. L'amoureuse de Casimir. La soeur Kadiatou d'Issa.
    A travers leurs souvenirs qu'ils associent à ces deux personnes, on distingue leur personnalité, leur passé.

    Ce livre est une forte critique du racisme actuel.
    L'auteur a choisi d'accentuer les clichés (le coiffeur anti-noirs qui part d'une expérience vécue par l'auteur, le vieillard qui croit que les jeunes maliens sont des délinquants).
    Cela n'empêche pas un blanc de protéger un noir.

    Et je trouve ça fort, oui très fort de la part d'Emmanuel Bourdier, de faire passer autant de sentiments, autant de pensées, autant de critiques en seulement 140 pages. Très fort.

    Je vous recommande vivement ce coup de cœur qui m'a donné un coup de poing dans l'inspiration.


  • Commentaires

    1
    Savannah
    Jeudi 24 Décembre 2015 à 17:04

    Super ! Je l'ai vu en librairie et je vais le lire, foi de Clara ! happy

    2
    Jeudi 24 Décembre 2015 à 17:53

    Tu me diras ton avis :D

    3
    Mercredi 13 Janvier 2016 à 21:12

    Merci pour ce beau papier.

    Je voulais juste signaler que l'épisode du coiffeur raciste narré dans le chapitre 1 est absolument véridique et a, malheureusement, été vécu par votre serviteur !

    Amicalement.

    Emmanuel Bourdier

      • Jeudi 14 Janvier 2016 à 16:57

        C'est moi qui vous remercie.
        Je viens de rajouter ce renseignement à l'article, merci encore de cette précision !

    4
    Jeudi 14 Janvier 2016 à 20:11

    Ça a l'air super intéressant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :